En avril 2020 aurait dû sortir en librairie le roman Rouge de Pascaline Nolot. Aujourd’hui, on vous explique pourquoi vous devriez laisser sa chance à ce roman une fois le confinement terminé.

Tous les accrocs à la littérature, aux livres, aux librairies ou aux bibliothèques seront heureux de foncer en librairie se faire un plaisir et soutenir une petite librairie en PLS après deux mois de confinement à se faire tirer dans les pattes par les rois des salauds (l’article où on te parle d’un livre qui te fait comprendre pourquoi Amazon c’est des salauds, c’est là).

Le Sheïtan on vous dit.

Bref, loin d’être ici pour bavasser sur un démon contemporain, on est ici pour parler d’une réécriture de conte sauce 2020 (coucou la transition aussi légère que le pas cadencé d’un éléphant). Avant ça, petit disclaimer, on n’est pas ENCORE (un jour peut-être. Never stop believing in your dreams) des blogueuses stars et cette chronique ne résulte donc pas de l’envoi d’un SP. On remercie notre chère sœur qui travaille dans le monde de l’édition et nous a laissé jeter un œil sur cette petite perle un peu avant l’heure. ♥

Rouge est un roman éponyme qui nous raconte donc l’histoire de Rouge, jeune fille rejetée par la quasi totalité de son village de par son physique particulier. La tâche de vin qui lui orne la moitié du visage et les conditions dans laquelle elle est née lui vaut une pelletée de quolibets et ce ne sont pas les villageois de Malombre qui vont l’empêcher de se rendre auprès de la Grand-Mère une fois son heure venue, une fois ses premières règles arrivées. Une malédiction planant sur le village, ce dernier se voit forcer de livrer les jeunes filles venant juste d’avoir eut leurs premières menstrues pour des raisons obscures à la Grand-Mère, une sorcière qui se trouve à quelques lieues, dans le Bois-Sombre.

Voilà pour le résumé sauce Alberte. Passons à notre avis. Et dans un premier temps déjà, il faut le dire.

ON A ADORÉ.

Mais pourquoi nous direz-vous ? Tata Alberte n’étant pas très réécriture habituellement, elle s’est laissée prendre par cette histoire qui est, comme on s’y attendait un peu, un vrai page-turner. Une fois le bouquin commencé, c’est difficile de le lâcher et pour tout vous dire on l’a lu en deux petits jours seulement. Mais si cette réécriture nous a plu, c’est selon nous parce qu’elle s’éloigne quand même assez du conte traditionnel pour nous parler de notre monde actuel. Derrière cette édition magnifique, (car disons-le haut et fort, le travail de Gulfstream est d’une grande beauté entre les pages teintes et la couverture qui attire FORCEMENT le regard), se cache une histoire vraiment bien contée.

Le talent de narratrice de Pascaline Nolot est indéniable. On a parfois eu du mal avec l’usage répété de certains mots visant à donner une coloration moyenâgeuse à l’ouvrage qui ne nous semblaient pas nécessaires mais dans l’ensemble le ton et le vocabulaire employé nous aide vraiment à nous plonger dans un autre temps, en un autre lieu. Et franchement en temps de confinement on attendait que ça d’être transportée comme ça par un roman.

Nous avons pour notre part adoré le personnage de Rouge qui, à l’inverse de toutes les héroïnes de YA qui sont en vogue en ce moment, a ses faiblesses et fait pourtant preuve d’un grand courage. De nombreuses scènes poignantes, dégoutantes et révoltantes jalonnent l’ouvrage et l’autrice n’épargne pas son lecteur. Sincèrement, on est loin des clichés du YA et ça fait ma foi grand bien ! L’écriture globale des personnages de l’ouvrage nous a beaucoup plu car personne n’est vraiment clair. L’ambivalence de chacun d’entre eux ne les rend que plus humains et parfois, plus cruels encore.

Non contente de nous avoir déjà totalement conquises avec les 50 premières pages de l’ouvrage, l’autrice manie son récit à la perfection et nous mène par le bout du nez. On ne sait pas du tout si :

1) on est bon public

2) on était dans le bon état d’esprit pour se laisser emporter par le roman

MAIS

On a rien vu venir. On a rien vu venir une fois. Certes, on se dit bon, ça va pas durer, le livre peut encore nous décevoir. Et au final c’est quatre révélation sur cinq qui nous ont surprise. On pensait avoir découvert la suite de l’histoire et à chaque fois l’autrice prenait un autre chemin.

Ce gif est effrayant. La rédaction s’en excuse.

Une sensation fichtrement agréable quand on a l’habitude de lire des ouvrages où tout semble déjà calculé d’avance pour que le personnage tombe parfaitement sur ses pattes et connaisse la plus cliché des happy end. Nous n’évoquerons pas la fin du récit ici, évidemment, mais laissez-nous vous dire que ça devrait vous laisser sur le cul cette histoire et que la fin est réjouissante !

« N’était-ce point pure naïveté, absurde attente digne d’un conte pour enfants ? Elle avait pourtant appris depuis longtemps que la vie n’était tissée que d’immonde. »

Vous pensiez que c’était là les uniques qualités de ce roman ? Qualités narratives, qualités d’écriture et de création de personnages ? Nenni ! L’autrice parvient, dans ce monde censé refléter une sorte de Moyen Âge, à évoquer des thématiques très actuelles. Elle le fait avec talent, à la fois en décrivant des actes qui peuvent être d’une grande violence (lecteur.ice sensible, abstiens-toi !) et le fait avec la retenue qu’impose le respect aux victimes.

BRIF BREF

S’il n’y avait qu’un livre young adult sur lequel foncer au déconfinement, ce serait celui-ci à nos yeux, à n’en pas douter !

En 2019 notre coup de cœur YA c’était Je n’ai pas trahi de Frédéric Couderc, un livre d’un tout autre genre avec une toute autre ambiance mais cette année, on peut d’ors et déjà vous dire que notre coup de cœur YA 2020, c’est Rouge de Pascaline Nolot.

16 commentaires sur « Rouge – Pascaline Nolot : conte moderne »

  1. Est-ce la réécriture d’un conte précis, ou des contes en général ? En lisant le résumé, je ne vois pas du tout duquel il est la réécriture. Ce qui est sûr, en revanche, c’est que tu en parles merveilleusement bien et que j’adore les réécritures, alors je vais me le noter pour bientôt ❤ J'adore le fait que cela ait l'air aussi ambivalent, tant que niveau des personnages que de l'ambiance.

    Aimé par 1 personne

  2. Je pensais qu’avec le synopsis le titre et la couverture ce serait clair mais en vrai j’avais pas pané au début que c’était une réecriture du petit chaperon rouge donc j’aurais carrément du le préciser xD
    Donc c’est une réecriture du petit chaperon rouge mais on sent qu’elle est fortement inspiré par les mythes et les légendes de manière général! Elle remanie vraiment bien le conte et y ajoutes des éléments qui m’évoquent d’autres choses ! Après j’imagine que ca dépend ce qu’on a déjà lu avant etc mais j’y ai vu une référence à Carrie et des références au mythe arthurien! Après c’est peut etre moi qui suis folle aha
    L’ambiance est assez sombre et ca tranche vraiment avec le côté conte justement !
    En tout cas si tu le lis j’espère que tu l’aimeras autant que moi, hésites pas à me redire quand tu l’auras lu, ici par mail ou su Twitter! Ca m’intéresse d’avoir des avis divergents ou pas 😉

    Aimé par 1 personne

  3. Ahaha, finalement ce n’est pas si évident ! En fait la confusion est venue de Rouge pour moi, je me souviens vaguement de un ou deux contes de Grimm avec un personnage nommée Rose Rouge, du coup je m’interrogeais !

    J’admire les auteurs qui font des réécritures. Il faut vraiment bien connaître l’histoire d’origine, et en même temps ajouter sa patte personnelle, et quand on ne se prive pas de références, c’est encore mieux je trouve ! Ça me rend bien curieuse. Quant aux atmosphères sombres, j’adore la plupart du temps ^^ Et pas de problème, je t’en parlerai ! 😀

    Aimé par 1 personne

  4. j’étais sceptique quand on m’a annoncé « réécriture du petit chaperon rouge ». généralement, c’est pour en faire une amourette mièvre. et là ! belle surprise. c’est bien écrit, c’est cru, adieu les amours qui plombent souvent un récit. j’ai juste une réticence concernant la révélation finale qui.. a mon sens, n’a pas spécialement d’intérêt pour clôturer le roman.

    Aimé par 1 personne

  5. Je vais la mentionner dans tous les commentaires que je laisse ici ce soir, mais je sais que L’Ourse en a fait une chronique que je n’ai pas encore lu (ce ne saurait clairement tarder ), mais je crois que je peux déjà plaider au complot pour que j’achète ce livre
    Déjà le fait que tu mettes en avant l’ambivalence des personnages m’intéresse beaucoup ; j’ai l’impression depuis un moment de trouver les personnages de ce que je lis un peu trop figé dans le carcan des premières pages. J’en ai un peu ras la casquette de lire des rôles et non des personnages, donc déjà, tu as sorti le bon appât sans le vouloir !
    Puis même le reste de ta chronique donne vraiment envie. Je crois être un peu maso en ce moment et d’avoir besoin de lectures difficiles (pour être en train de lire Le Palanquin des larmes et voir la condition de la femme chinoise y a encore pas si longtemps, je sais pas, je dois être dans une période « fais moi peur avec les réalités du monde » même si j’y ferme pas les yeux déjà, mais brefouille) donc clairement : top wishlist, et tant pis pour ma PAL car il n’y restera sans doute pas longtemps !

    Aimé par 1 personne

  6. Je ne connaissais pas du tout ce conte du coup j’avais pas pensé au potentiel mélange de pinceaux hihi

    Ouais surtout que là elle arrive vraiment à prendre des libertés qui enrichissent cette histoire, lui donne encore plus de profondeur que l’original qui aborde finalement déjà un sujet difficile pour les petites filles, celui du viol !
    YES 😀

    Aimé par 1 personne

  7. Exactement!
    Pour la révélation finale je pense que L’ourse bibliophile a bien résumé l’intéret qu’elle peut avoir en un sens, nous montrer une dernière fois qu’il ne faut pas se fier aux apparences! Ca a le mérite de nous surprendre meme s’il est vrai que ca n’apporte pas grand chose à l’histoire 🙂
    Merci d’être passée par ici et très heureuse de découvrir ton blog qui est très beau visuellement c’est un régal! Je viens explorer ton antre blogesque sous peu !

    Aimé par 1 personne

  8. Tant que je suis une star dans vos coeurs, ca me va! Les SP c’est trop de pression pour mon coeur de lapin de toute facon xD
    Mais ouiiiii faut que tu le lises j’pense qu’il y a moyen que tu apprécies si j’ai bien cernés tes gouts littéraires 😛
    Tu sais sur quoi faire péter ton porte-monnaie la semaine pro avec la réouverture des librairies hihi

    Aimé par 1 personne

  9. Yes je viens d’aller lire la chronique de l’ourse et OUI c’est un complot, elle va totalement dans le meme sens que moi, celui de la tentatioooon hihi
    J’espère que le livre ne décevra pas tes attentes en terme de personnages ! Je les trouve ambigu sans pour autant qu’ils soient développés comme dans un Zola, attention (j’ai peur d’avoir trop été enjaillée en écrivant ma chronique! aha)
    Je ne connais pas le Palanquin des larmes mais clairement ca a l’air pas très joyeux ! Le confinement nous rend masos x)

    Aimé par 1 personne

  10. Viles blogueuses que vous êtes ! Des fois on devrait pouvoir faire facturer le prix d’un bouquin à d’autres tellement vous charmer votre lectorat à parler si bien des lectures !
    N’étant pas très Zola, ça tombe plutôt bien en fait haha. Mais t’inquiète, de toute manière, je vais laisser couler un peu de temps histoire de prendre du recul sur les chroniques pour pas le mettre sur un piédestal avant lecture !
    En effet c’est pas le feel-good confinou haha, faudrait que je me décide à voir si j’en tapote une chronique !

    Aimé par 1 personne

  11. Enfin, je lis ta critique et, comme tu le sais déjà, je suis complètement d’accord ! Ce livre est génial et, comme toi, je n’ai rien vu venir et j’ai adoré me laisser surprendre. Tu en parles trop bien, heureusement que je l’ai déjà lu, je devrais encore allonger ma PAL sinon ! Bref, on est d’accord : petite pépite !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s