Serait-ce un nouvel article littérature ? TOUTAFÉ les copaings et aujourd’hui est un grand jour puisqu’on vous parle (enfin) d’une de nos lectures du #HMSFFF !

Ce jour est clairement a marquée d’une pierre blanche puisque, non seulement nous avons lu un livre pour le #HMSFFF (que nous avons injustement lâché pour cause de rédaction de mémoire de fin d’études, toussa toussa) mais EN PLUS, on a décidé de vous en parler parce que c’est un grand classique et qu’à notre grande surprise, on a pris notre pieds ! Bref, si vous avez lu le titre de cet article, vous savez déjà que nous allons jacqueter sur :

Les robots d’Isaac Asimov

Et laissez-nous vous dire, avant toute chose que : bondiou, qu’est-ce que c’était bien !

Le cycle des robots d’Isaac Asimov fait partie de ces grandes sagas classiques de la SFFF qu’on a toujours observée de loin avec un regard mêlé d’envie et d’appréhension. Et une fois n’est pas coutume (oui, on a quand même lu quelques livres avec le HMSFFF, faut pas déconner !) le HMSFFF nous a permis de découvrir un grand classique, de sauter le pas, de se jeter à l’eau, bref, de donner sa chance à ce court livre dont nous ne savions, finalement, pas grand chose !

Images inédites de Tata Alberte plongeant tête la première dans le grand bain de la SF.

À peine commencé, déjà terminé, on vous revient donc avec notre avis tout frais sur le « tome 1 » d’une saga qui aura durablement marqué l’imaginaire de la SF.

On vous faisait part dans un article publié ce mois-ci de notre envie de lire de la SF. Une envie rare chez nous qui entretenons une relation d’amour/haine pour ce genre qui peut parfois nous passionner et parfois nous ennuyer profondément. Et avant de commencer Les robots, nous craignions bien qu’il appartienne à la seconde catégorie. On a toujours peur de tomber sur des récits qui nous assomment de détails scientifiques qu’on arrive pas à assimiler et du coup, on s’y met jamais ! (La hard science fiction c’est pas pour tout de suite, vous vous en doutez… Mais si vous avez des recommandations pour commencer la hard SF, on serait quand même bien curieuses de s’y essayer un de ces quatre !)

Mais Les robots, de quoi ça parle ?

Avant toute chose, il est bon de savoir que Les robots est un recueil de nouvelles. On avait ce livre dans notre PAL depuis bientôt trois ans (oui, on a honte, on vous assure !) et on avait même pas tilté donc on vous le dit : c’est un recueil de nouvelles. Mais il faut dire qu’au vue du synopsis, rien ne laissait présager la forme que prendrait ce premier tome du Cycle des robots :

Susan Calvin est robopsychologue à l’United States Robots, Inc. Née en 1982, elle a aujourd’hui 75 ans. Ce livre relate ses souvenirs sur l’évolution du robot dans l’histoire humaine, depuis Robbie qui, en 1996, fut vendu comme bonne d’enfants, jusqu’à Byerley qui devint Président de la Fédération Mondiale terrestre en 2044.
À travers ces récits, on voit comment le robot, d’abord esclave soumis à l’homme, parvint peu à peu à être son égal, avant de devenir son maître. Les souvenirs du Dr. Calvin forment un livre au charme désuet qui fait revivre l’aube du XXIe siècle, époque où l’homme existait encore indépendamment de son compagnon de métal, le robot.

On peut se calmer sur les critiques acerbes là ? Non mais oh !

Bon, ok le mot récit au pluriel aurait dû nous faire percuter mais on a un petit cerveau, pardonnez-nous…

Peu friandes des recueils de nouvelles d’habitude, apprendre que Les robots en était un ne nous a pas vraiment enthousiasmé, vous vous en doutez ! Mais grand bien nous à fait de passer outre parce que ce n’est pas vraiment un recueil de nouvelles comme les autres… Enfin à nos yeux de fangirl en tout cas.

Tu déteste les recueils de nouvelles ? Tu aimeras celui là !

Les robots nous est apparu comme un recueil de nouvelles écrit pour ceux qui ne les aiment pas. La France n’est pas un pays où la culture de la nouvelle s’est beaucoup maintenue. C’est pas moi qui le dit, c’est un de mes profs de M1. Et pour ma part, c’est fichtrement vrai ! Le format reste très peu publié en France de nos jours et ne représente plus du tout la « voie royale » pour les écrivains en herbe… D’ailleurs si vous nous demandez de citer des recueils de nouvelles, il y a peu près neuf chances sur dix que je vous cite un truc du XIXe siècle : âge d’or de la nouvelle en France…

Molo l’asticot sur les anecdotes de cours Tatie !

BREF, cet article est en train de se transformer en un ramassis d’anecdotes glanées ça et là quand on était étudiantes, on s’arrête là tout de suite. Finit de tourner autour du pot, promis !

Si Les robots se présente comme un recueil de nouvelles pour les non-amateurs de nouvelles, c’est parce que ces dernières sont reliées les unes aux autres par une « intrigue » supérieure. Asimov parvient à créer un véritable effet de réel en intercalant entre ses nouvelles une discussion entre un interviewer (la personne à l’origine du recueil) et Susan Calvin, robopsychologue qui a été témoin de toutes les histoires qui nous sont habilement contées. Un système ingénieux qui, au-delà de donner un effet de réel à ces récits, leur donne une grande cohérence. Le tout est très convaincant et par conséquent assez glaçant aussi…

Évidemment, comme dans tout recueil de nouvelles qui se respecte (quand on vous DIT que c’est pas un genre qu’on affectionne), les différents récits sont inégaux. La qualité générale des nouvelles reste néanmoins remarquable à nos yeux, jamais on s’est autant prises de passion pour un recueil de nouvelles tout de même et chaque fin d’histoire atteignait son but : créer un sentiment de malaise, d’inquiétude, agir comme un moment de révélation flippant. Bref, on a adoré de bout en bout.

« Des cauchemars en technicolor »

Pour simplifier la chose (beaucoup), chaque nouvelle prend la forme d’une sorte « d’enquête ». Un robot présente une anomalie, des spécialistes tentent de régler la question. Et progressivement, ces anomalies vont devenir de plus en plus creepy, croyez-nous ! Les lois de la robotique, censées protéger l’Humanité d’un éventuel dérapage de ces robots, seront progressivement bafouées, détournées, modifiées. Asimov nous met en position de spectateurs dans ces récits d’anticipations qui se présentent bien comme autant de « cauchemars en technicolor ».

L’ouvrage est d’autant plus glaçant qu’il pose de véritables questions éthiques sur le développement des technologies robotiques et notamment sur les robots humanoïdes (ça, ça fait peur, on vous promet) qui deviennent de plus en plus performant dans le monde réel. Mais au-delà des questions sur les robots, Asimov nous aide également à nous questionner sur ce qui fait la spécificité des êtres humains (la capacité à rire, mentir, etc.) Des caractéristiques qu’on ne retrouve chez aucunes autres espèces et qui, une fois associées aux robots, ont donné un sentiment d’inquiétante étrangeté au lecteur flippé du cul que nous sommes.

Dans quel ordre lire le Cycle des robots ?

Bon, voilà une question qui peut se poser et qu’on s’est posées. Pour des monomaniaques comme nous, il était évident de commencer par Les robots. Mais les deux premiers tomes du cycle étant des nouvelles, il n’est pas nécessaire de commencer par là, même si on imagine bien que ces deux recueils permettent de se plonger tout en douceur dans un univers qui promet de se complexifier au fil des tomes. Coline de Déjeuner sous la pluie nous a dit avoir commencé par le tome 3, alors vous voyez, pas de pression à avoir surtout si l’aspect « nouvelles » vous rebute à fond !

Il nous semble difficile d’en dire beaucoup plus parce que :

  1. On parle ici d’un recueil de nouvelles (putain on radote, c’est l’enfer sur terre cet article !) donc difficile de vous en parler plus que ce qu’on a déjà fait.
  2. Le cycle des robots est un grand classique de la littérature SF et on a un peu peur de répéter ce qui a déjà été dit cent fois à son sujet.
On essaye de vous convaincre par télépathie !

Mais pour la faire brève : lisez Les robots. Que vous aimiez ou non les nouvelles. Que vous soyez un habitué ou non de la SF. Lisez.Les.robots.
De notre côté, mettre un pieds dans l’univers d’Asimov nous a juste donné envie de nous y plonger plus en détail et on ne manquera pas de lire l’ensemble du Cycle des robots qui s’annonce juste passionnant !


Et toi, tu as déjà lu un des tomes du Cycle des robots ? Nous conseillerais-tu un autre Cycle de SF qui te paraît incontournable ? (Asimov ou autre hein !) Comme tu le vois, Nous sommes au taquet en ce moment niveau SF cher.e lecteur.ice. alors si tu as des reco, c’est maintenant ou jamais (non je déconne, tu peux proposer n’importe quand, On va pas te fouetter promis ! ♥)

28 commentaires sur « Les robots – Isaac Asimov »

  1. Je n’ai lu que ce premier tome mais je l’ai beaucoup aimé également ! Comme vous, l’aspect nouvelles ne me faisait pas rêver au début mais comme c’est cela qu’est écrit Fondation (que j’adore^^), je savais qu’Asimov pouvait me surprendre là-dessus et n’ai pas été déçue ; j’aime comment il arrive à lier ses nouvelles pour raconter l’histoire de l’évolution des robots, et notamment de leur rapport à l’Homme. J’ai exactement le même recueil que vous, d’ailleurs, et je dois dire que la nouvelle en illu (la première, je crois ?) avec le robot-nounou est restée ma préférée ! Une autre avec un robot coincé dans un vaisseau dans l’espace qui comment à s’interroger sur son existence m’avait bien marquée aussi, mais je ne me souviens plus des détails aujourd’hui^^’
    Bref, un bonheur à diffuser partout ❤

    Aimé par 1 personne

  2. Le message est passé, il faut lire « Les robots » 😉
    Enfin, pour ma part, je vais d’abord commencer par « Fondation » qui traîne dans ma PAL depuis quelques années – mais je compte bien lire « Les robots » un de ces jours (c’est tellement un classique!) ^^

    Aimé par 1 personne

  3. la kitschitude de la couverture vaut tout l’or du monde, j’adore.
    J’aime bien lire les classiques de la SF donc allez go pour celui-ci (un jour… lol) je suis sûre que je l’ai quelque part dans la bibli familiale en plus (mais certainement pas avec la même couverture, tristesse)
    Kin

    Aimé par 1 personne

  4. Tu atises ma curiosité pour Fondation, j’imagine que c’est le cycle que j’entamerai après celui des robots, c’est assez classique comme cheminement mais j’ai peur de me perdre dans sa gigantesque bibliogaphie hihi
    Aaaaah je ne suis pas la seule a avoir cette édition COLLECTOR, je l’aime trop pour ma part! Le kitsch a toujours un gout si savoureux !!
    Ouiii, c’est une des premières histoires ! Après ce n’est pas étonnant d’en oublier les détails. Je trouve les nouvelles dures à garder en tête ! Je pense me souvenri longtemps de celle concernant Herbie cependant ! (C’est la nouvelle qui concerne un robot capable de lire dans les esprits ;))
    Merci d’être passée par ici ♥

    Aimé par 1 personne

  5. Un autre cycle d’Asimov qui me fait envie tout autant qu’il m’effraie ! Je serais curieuse d’avoir ton avis sur Fondation 😉
    En tout cas j’espère que tu apprécieras Les robots autant que moi une fois que tu te seras plongé dedans ♥

    Aimé par 1 personne

  6. Ouiiiii, moi aussi je l’adore ! Et en plus, t’as rien vu, l’intérieur est orné de dessins du propriétaire précédent du livre. Des dessins à base de fusées, de robots qui font « bzz » et « fzz ». Mon édition est priceless hihi
    C’est sur que sans cette couverture de toute bOtey, tu perds un peu de qualité 😛
    J’espère que tu apprécieras te plonger dans l’univers d’Asimov autant que moi quand tu t’y mettras ♥

    Aimé par 1 personne

  7. Fondation peut être un peu plus effrayant car il y a un peu plus de jargon SF que dans Les Robots mais le style y est, les personnages hypra-attachants y sont donc si tu as aimé l’un, tu peux aimer l’autre ! ^^ Après, il y a de la marge avant de finir Le Cycle des robots, déjà !

    Aimé par 1 personne

  8. J’étais étudiante à Limoges à l’époque et chaque année la Bibliothèque Municipale organise une « vente en gros » des livres qu’ils déclassent et c’est une vente au kilo( je regrette tellement ca, c’etait la joie, je nageais à poil dans les livres à l’époque *nostalgie*) ! Je crois c’est 1kg de livres pour 5 euros ! Et j’avais trouvée cette petite perle ahahaha

    Aimé par 1 personne

  9. C’est là qu’on dit MERCI TATA ALBERTE ! Parce que 1, j’ai jamais lu ces bouquins, et 2, je ne me serais pas jetée dessus si j’avais appris par hasard qu’il s’agissait de nouvelles (ce que j’ignorais totalement), or j’ai à présent une furieuse envie de lire tout ça parce que tu nous l’as très bien vendu ! (Par contre, je ne suis pas sûre de partager votre goût pour cette couverture… même si le coup des petits dessins à l’intérieur, je trouve ça trop cool !)

    Aimé par 1 personne

  10. Pour commencer la hard SF, honnêtement je ne peux que te recommander d’aller jeter un coup d’oeil aux articles du Blog d’Apophis, spécialisé en littératures de l’imaginaire : je suis certaine que tu pourras y trouver un ou deux romans abordables pour commencer la hard SF en fouillant dans les tags ou catégories, tout en ayant des bonnes recommandations.

    Je me rends compte que j’ai la même vision que toi de ce livre culte de la SF : je le vois comme un truc compliqué et inabordable que j’aimerais bien essayer, mais je n’ose pas. Je savais pas non plus que c’était un recueil de nouvelles !Comme quoi… et j’ignorais totalement que les histoires auraient cet aspect d’enquête. Tu m’en apprends pas mal avec ton article ! Et franchement tu me donnes bien envie de me plonger dans ce recueil à l’avenir, y a quand même des grands noms en SF que j’ai trop longtemps évité car je les voyais comme inapprochables du fait du statut « culte » : Les robots, Dune, Fondation…

    Côté SF, je crois que je ne peux que recommander de piocher dans la collection Une heure-lumière (plein de thèmes, de style différent) mais au niveau des grands cycles je ne les connais que de nom, et donc trop peu pour te les conseiller.

    Aimé par 1 personne

  11. T’es sûre qu’il était seulement dans ta PAL depuis 2-3 ans ? Nan mais parce que la couverture indique autre chose, elle … xD
    Bon allez, je me sens suffisamment convaincue pour envisager l’achat si une belle occasion se présente ! Je viens de lâcher un commentaire ailleurs en disant que les recueils de nouvelles, c’pas mon truc, mais YOLO, la contradiction c’est FUN. Et moi aussi j’ai envie d’être aussi pleine de grâce que toit en sautant dans le grand bassin de la SF.

    Aimé par 1 personne

  12. Aaaaaaah mais ce genre de commentaire ca fait tellement chaud au coeur!!
    J’espère que si tu t’y mets un de ces quatre tu seras autant sous le charme que moi 🙂
    Ah ouais?! Perso j’adore ce genre de couvertures kitsch et pour tout te dire je vais meme furieusement rechercher le tome 2 dans la meme édition parce que c’est encore une couverture bg (ladite couverture : https://images.fr.shopping.rakuten.com/photo/908034782_L.jpg (Très fan))

    Aimé par 1 personne

  13. Mais… MERCI ! Je connaissais pas du tout et c’est une petite merveille ce blog! Et en plus ca parle aussi fantasy alors je suis COMBLEE! 🙂

    Je comprends tout a fait, j’étais exactement dans le meme état d’esprit en commencant mais je me suis directe détendue en voyant que la narration etait finalement plus moderne que ce que je pensais et assez abordable !
    J’avoue que Dune c’est giga effrayant quand meme x)

    J’en ai repérés quelques uns de cette collection en librairie et oui, je compte bien explorer un peu plus les éditions Le Belial parce qu’il y a quelques romans qui ont l’air vraiment ultra prometteurs ! Helstrid de Christian Léourier me tente beaucoup, par exemple hihi

    Aimé par 1 personne

  14. J’te promeeeet! C’est les brocantes et les bouquinistes ! Tu verrais la gueule de ma bibli, on se croirait dans les années 90 xD
    C’est bien de s’auto contredire quand ca mene a de belles découvertes ! J’espère que tu aimeras ce tome 1 du Cycle des Robots autant que moi ! En spécialiste des genres de l’imaginaire, tu vas peut etre pas y trouver grand chose de ouf ! Croisons les doigts pour que ca ne soit aps le cas hihi

    J'aime

  15. De rien, ce blog est devenu ma référence depuis un moment ^^
    Tous les monuments SF sont effrayants en fait… on a peur de pas être à leur hauteur et de passer à côté ! Je ne me souviens pas du speech d’Helstrid, mais honnêtement on a envie de tout lire du Belial !

    Aimé par 1 personne

  16. Son article Guide pour commencer la Hard SF reste dans mon onglet favoris, j’irai y piocher un titre cette année pour débuter je pense. Je suis impressionnée par l’expertise du blogueur, j’avoue!
    Ouais c’est dingue hein! Et j’ai l’impression que les classiques de l’imaginaire sont encore plus effrayants que les classiques réalistes ^^
    Ouiiii mais tellement! Je viens de lire le Ken Liu, L’homme qui mit fin à l’histoire dans le cadre du #HMSFFF et franchement : un délice !
    Je viens juste de réaliser que la collection s’appelle « Une heure lumière » parce qu’il faut environ une heure pour lire ces textes courts. Je me sens con :’)

    Aimé par 1 personne

  17. Moi aussi, ça m’impressionne quand je lis ses articles… quand on a lu de la SF dès le plus jeune âge, et sans doute exclusivement cela, on en a de l’expérience je pense !
    Je me dis qu’ils sont effectivement plus effrayants parce qu’ils posent des fondements dans la litté de l’imaginaire, et si on apprécie pas, on a peur d’être juste bête alors que ça a marqué le genre. Mais après les goûts et les couleurs ! L’homme qui mit fin à l’Histoire est très dur, mais quelle claque ! C’est un de mes favoris de la collection. Mais ne t’inquiète pas, le nom vient aussi du côté scientifique, même si il y a le double jeu avec le temps de lecture !

    Aimé par 1 personne

  18. Ouais c’est pas faux mais en meme temps il faut le faire pour se mettre à la SF ultra jeune! C’est un genre qui en lui meme est exigeant (je trouve hihi)
    Ca m’étonne pas, franchement il met la barre haute Ken Liu! Mais bon, ca me donne envie de découvrir encore plus cette collection qui a l’air d’etre faites de textes vraiment très divers et variés, c’est top ! 🙂
    En février je compte lire Cérès et Vesta de Greg Egan dans la meme collection via le HMSFFF ! Tu l’as lu également? (tu es ma référence Le belial aha)

    Aimé par 1 personne

  19. Je pense que ça dépend aussi des époques, à certaines périodes, la littérature jeunesse étant beaucoup moins présente, on se tournait davantage vers la SF/fantasy/polar. Ken Liu est vraiment excellent, j’ai beaucoup aimé son recueil de nouvelles aussi ! Et je confirme, Une heure-lumière vaut toujours le coup (seuls deux textes m’ont un peu ennuyée, dont un parce que je n’avais pas les références nécessaires). Je n’ai pas lu Cérès et Vesta, mais en lisant l’avis d’Apophis dessus, ça a l’air d’excellente qualité tout en étant accessible (parce que sinon, Greg Evan, c’est de la hard SF très exigeante la plupart du temps), avec un côté social en plus !
    (Un jour, j’aurai lu toute la collection… j’y crois !)

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s